La Nouvelle Caledonie: un petit caillou paradisiaque

Ça y est j`y suis, dans ce petit bout de paradis à l`autre bout du monde dont on entend rarement parler. Le nom fait rêver mais c`est trop loin et trop cher pour le commun des belges. J` ai de la chance (encore), je suis en Océanie pour l`année à venir et j`ai de la famille sur place.  Enfin, de la famille par alliance et que je n`ai plus vue depuis 20 ans. Que cela ne tienne, Nathalie et Philippe m`accueillent chez eux comme une reine. J`ai même eu droit à un collier de fleur à mon arrivée à l`aéroport .  Ils habitent dans le centre de Nouméa, j`ai mon petit studio et même un vélo pour me déplacer.

Je reste quelques jours à Nouméa le temps de prendre toutes les info nécessaires pour mon road trip. Je passe des moments sympas avec Stéphane, mon ami martiniquais vendeur de foie gras (ça ne s`invente pas) que j`ai rencontré dans l`avion. Les endroits chouettes ou sortir à Nouméa sont sur la baie des citrons et l`Hanse Vata, dans des bars comme la Fiesta, la Bodega, le Pop Light et les 3 brasseurs. Très chouette atmosphère, les gens sont hyper relax ici à part à la fin de la soirée quand les Kanaks sont trop bourrés et font des problèmes.

Oui alors il faut que je décrive un peu la situation ici en Nouvelle Calédonie. La population est en quelque sorte catégorisée. Il y a d`une part les "Kanaks" , les locaux de type Mélanésiens, qui vivent ici depuis toujours. Ils sont très sympas, te disent toujours bonjour sur la route, mais aussi très timides et ont un sérieux problème avec l`alcool. D`autre part, les "caldoches", les anciens colons français qui habitent sur l`ile depuis des générations, et les "metro" qui sont les français nouveaux arrivant. Ah oui et les Australiens ! Depuis quelques années, d`énormes bateaux de croisières arrivent sur l’ile déversant un flux impressionnant d`Australiens. C`est un peu l`euphorie sur les iles quand ils arrivent, car ils ont un bon portefeuille et ce sont les seules touristes à part quelques français.

Pour ce qu` y est de l`ambiance sur place, je dirais que c`est un mixte entre la France (les infrastructures, la langue, l`administration), l`Australie (la terre rouge, les paysages, la culture un peu cowboy des caldoches avec leurs gros pick-up) et l`Afrique (dans la campagne ce ne sont pas des villages mais des tribus, ils vivent dans des cases, le climat tropical).

Je commence mon roadtrip avec les enfants de Nathalie ; Laetitia et Olivier et toute leur petite famille. C`est le weekend de la Pentecôte et ils m`emmènent avec eux dans le Nord à Koumac, camper chez des amis. Après ces 3 jours, je me rends vite compte que sans voiture, c`est un peu complique de visiter ici. Je décide de prendre le bus local et faire du stop jusqu`à Koné, une « grand ville » pour y louer une voiture. Malheureusement, c`est cher de louer une voiture (40 euro par jour en moyenne) mais tout est cher ici. Si tu vas manger dans un snack, t`en as minimum pour 18 euro ton hamburger, ne parlons pas des resto ! Pour le logement, le moins cher c`est de camper (entre 8 et 15 euro la nuit). Il n`existe que 2 auberges de jeunesse de toute façon, une a Nouméa et l`autre à Poe.

L`infrastructure touristique n`est pas super bien développée car il n`y pas beaucoup de touristes. Il m`est arrivée de me retrouver toute seule dans un camping. Donc pour ceux qui détestent les endroits bondés de touristes, vous ne serez pas déçus ici !

Je commence mon trip en voiture à Koné ou je fais un vol en ULM au-dessus du cœur de Voh (célèbre photo de Yann Artus Bertand) et du lagon. C`est pas donné (près de 150 euro) mais ça vaut largement le coup ! Ils vous mettent une petite musique dans l`ULM en plus pour rendre le moment encore plus magique.

Je me rends ensuite à Hienghène. J`y vais surtout pour faire de la plongée, il parait que c`est un des meilleurs spots. En effet, je plonge dans des tunnels de Gorgones colorées, j`aperçois un requin a pointe blanche et de milliers de poissons multicolores. C`était fabuleux même si la visibilité n`était pas au top apparemment.  J`y rencontre Brian, un américain qui ne parle pas un mot de français et sans voiture. Il a quand même réussi à venir jusqu`ici avec l`aide de son google translate ! A la douane de l`aéroport, on lui a dit que c`était le 2ieme américain à être venu en Nouvelle Calédonie cette année. Pour vous dire à quel point, il y a peu de touristes ici ! Il me demande s’il peut faire un bout de chemin avec moi, évidement je dis oui et nous voilà partis sur les magnifiques routes de la côte est. Heureusement qu`il était la car j`ai réussi à crever 2 fois ;). Après mes aventures de pneus crevés, nous entendons parler d`une journée porte ouverte dans la tribu de Ny qui se trouve être sur notre chemin. Nous y faisons un stop, piqués par notre curiosité, et y restons finalement toute la journée jusqu`au Bunia (repas traditionnel) préparé par les mamans de la tribu. Au programme ; danses et musiques traditionnelles, ballade dans la tribu avec les excellentes explications de Marcelin le chef du village (enfin c`était du gros n`importe quoi en fait), apprentissage de tressage en feuille de palmiers… Mais ce fut surtout une journée exceptionnelle pour moi car j`y ai rencontré Jean, devant le stand de brochette de cerf (en prononçant le F à la fin). Ça va être le début d`une longue aventure avec lui mais ça je ne le sais pas encore. On décide de camper tous ensemble à Poe le soir avec Céline aussi, une autre voyageuse et passons une excellente soirée à jouer au billard.

Nous faisons ensemble la magnifique promenade du Domaine de Deva le lendemain, qui nous emmène au-dessus des collines de Poe avec une vue époustouflante sur le lagon. Le lendemain, ce sera au Parc des Grandes Fougères et le surlendemain, sur le Plateau de Dony. Je conseille d`ailleurs ce dernier car après une ascension de 2h, la vue du haut du plateau est à couper le souffle.

Voilà mon roadtrip sur la grande terre se termine. Direction les Iles Loyauté maintenant, a Lifu plus exactement. Jean m`y accompagne, on est inséparable maintenant!

Nous y louons pendant 5 jours une petite voiture, une kia picanto, qui a des problèmes de batterie (on devait démarrer la plupart du temps en pushstart, c`était marrant).  Ce fut 5 jours fabuleux : camping dans les cocoteraies, plongée tuba dans les aquariums naturels, plages paradisiaques juste pour nous 2, visite de la grotte la plus belle que j`ai jamais vue (imaginez une grotte que l`on doit traverser à la nage dans une eau bleue claire transparente, a l`intérieure on se croirait sous un ciel étoilé avec les reflets de l`eau, malheureusement je n`ai pas de photo)… Bref difficile de faire mieux !

Nous ne nous arrêtons pas là, et nous prenons ensuite le bateau pour l`Ile des Pins. Aussi très beau mais plus touristique et nous n`aurons pas autant de chance avec la météo. Nous y rencontrons une bande de joyeuses voyageuses françaises au camping et nous nous ferons un dernier barbecue de roi avec un poisson préparé par Jean (qu`il est doué mon Jean, et je ne vous ai pas parlé du plat de langouste qu`il m`avait préparé à Lifu).

Pour finir ce séjour en Nouvelle Calédonie, nous décidons de partir quelques jours dans le sud de l`Ile, au Parc de la Rivière Bleue. J`y avais déjà été tout au début de mon séjour toute seule et je voulais absolument y retourner faire du kayak. Ce parc est époustouflant. Le barrage a noyé le foret en contre bas et cela fait un magnifique contraste de couleurs entre la terre rouge, la rivière bleue et les arbres blancs. L`ambiance est un peu mystique. J`adore !

Il est temps pour moi de partir travailler un peu en Australie. C`est pas tout ça mais il me faut un peu de rentrée d`argent et j`ai mon 2ieme visa de travail pour l`Australie. La séparation avec Jean est difficile mais on se retrouvera plus tard…